[ Procrastination ] Comment programmer votre cerveau pour la supprimer , selon une recherche de Harvard

Une grande majorité de personnes sont victimes de  la procrastination. A cet effet, cette maladie humaine est devenue de plus en plus une source de stress et d’angoisse. La quasi majorité des  gens se précipitent pour faire le travail à la dernière minute ou manquent toujours les délais. Mais ce qui est marrant dans cette histoire, c’est que même s’il est frustrant de faire les choses à la dernière minute, les gens continuent toujours à reproduire cette mauvaise habitude. Pourquoi?

Explications :

Selon Caroline Webb dans le Harvard Business Review , nos cerveaux sont programmés pour différer les tâches. Webb montre des recherches prouvant que : l’attrait du gain rapide et à court terme l’emporte presque toujours sur l’attrait d’une récompense future.  Étant donné le choix entre des idées concrètes et plus abstraites. Notre cerveau favorise naturellement les notions les plus concrètes (c.à.d  La procrastination) .

Mais ce n’est pas parce que notre cerveau est naturellement programmer sur la procrastination  que nous ne pouvons pas la surmonter. Au contraire, en comprenant le fonctionnement de notre cerveau, nous serons en mesure d’apporter des solutions rapides et concrètes, (Ce que le cerveau aime enfaîte) pour réorganiser notre vie.

Sans plus tarder, voici un guide  à mettre en place dès maintenant :

Trouver un partenaire de responsabilité et dites non à la procrastination :

Lorsque nous partageons nos objectifs avec quelqu’un d’autre, cela crée une pression sociale, mais contrairement à la pression des pairs que nous avons rencontrée au lycée, ce type peut conduire au succès.

Partager vos objectifs avec un partenaire peut créer chez vous une sensation de responsabilité. En fait, selon les recherches de Webb, les experts ont constaté que nous voulons instinctivement être respectés par les pairs et que nous sommes plus susceptibles d’atteindre nos objectifs de cette façon.

Donc, lorsque vous avez une tâche à accomplir, dites à quelqu’un quand vous la terminerez. Si vous dites à un client ou à un employé exactement quand vous serez en mesure de livrer quelque chose, votre cerveau se sentira plus obligé de le faire donc annulera l’envie de la procrastination.

Réduisez la procrastination par la réduction du  coût de l’action

Identifiez la première étape. Parfois, nous sommes simplement découragés par la tâche que nous évitons. Nous pourrions avoir «apprendre l’anglais» sur notre liste de choses à faire, mais notre cerveau la considère comme une tache fastidieuse. Caronline Webb propose une astuce  qui  consiste à décomposer de grandes tâches difficiles en étapes de bébé. Encore mieux: Identifier la plus petite première étape à faire, quelque chose de si simple qui trompera votre cerveau. Cela va le  convaincre que cette étape est  bénéfique et rentable à très court terme.

Donc, au lieu d’inscrire dans votre liste  «apprendre l’anglais», vous pourriez décider «d’envoyer un courriel à Rose pour demander des conseils sur l’apprentissage de l’anglais». Atteignez ce petit objectif, et vous vous sentirez plus motivé à faire le petit pas suivant. Vous ne serez plus obligé  de continuer à vous battre à propos de votre manque de compétences linguistiques, dites tout simplement non à la procrastination.

Adoptez le principe de la récompense :

Nous pouvons réduire encore plus le coût de l’effort si nous lions cette petite étape à quelque chose que nous avons hâte de faire. En d’autres termes, liez la tâche que nous évitons à quelque chose que nous voulons vraiment faire. Par exemple, vous pourriez vous permettre de regarder des story sur Instagram lorsque vous êtes au gymnase. En effet,  le plaisir coupable aide à diluer la perception de votre cerveau du «coût» à court terme de l’exercice. De même, vous pourriez être auto-discipliné   pour accomplir une tâche énorme si vous vous promettez de le faire dans un bon café avec une boisson préférée à la main.

Supprimer la procrastination commence par supprimer les blocages cachés :

Parfois, nous nous retrouvons à reprendre une tâche à plusieurs reprises, toujours peu disposés à faire le premier pas. Nous entendons une petite voix dans notre tête dire: «Oui, bonne idée, mais. . . non.” À ce stade, nous devons poser à cette voix quelques questions, pour comprendre ce qui rend vraiment peu attrayant d’agir. Cela ne nécessite pas nécessairement une psychothérapie. Posez-vous patiemment quelques questions «pourquoi» – «pourquoi est-ce difficile de le faire?» et “pourquoi cela?” – et le blocage peut faire surface assez rapidement. Souvent, le problème est qu’un engagement concurrentiel parfaitement noble mine votre motivation.

Par exemple, supposons que vous avez du mal à vous en tenir à une routine d’établissement des objectifs tôt le matin. Quelques «pourquoi» pourraient souligner que à cause  de votre désir de prendre le petit déjeuner avec votre famille. Une fois que vous avez rendu ce conflit plus explicite. Il est beaucoup plus probable que vous trouviez un moyen de le surmonter – peut-être en fixant vos objectifs quotidiens la nuit précédente ou en vous rendant au travail.

Faites-vous confiance pour commencer maintenant 

Une fois que vous avez compris ce qui vous empêche d’agir sur une tâche ou un projet spécifique. Il est temps de surmonter votre peur. Les recherches de Webb montrent que nous sommes plus susceptibles d’effectuer une analyse coûts d’efforts-avantages sur quelque chose de nouveau. Mais nous sommes beaucoup moins susceptibles de peser les inconvénients potentiels du maintien du statu quo. Malheureusement, cette peur qui est vraiment naturel, nous bloque pour réaliser nos objectifs.

Surmontez cette peur en utilisant la règle des 70% du Marine Corps. Tant que vous avez 70% des informations pour prendre une décision, 70% des ressources pour mener à bien le projet et que vous êtes sûr à 70% que vous réussirez, vous êtes prêt à partir. Le cœur de la règle des 70% est qu’il est impossible de se préparer pleinement à quoi que ce soit. Faites confiance à votre instinct et commencez.

Focus sur les résultats de la procrastination

Mark Twain a dit un jour: «Ne remettez jamais à demain ce que vous pouvez faire après-demain.» Ne l’écoutez  pas!

Au lieu de cela, concentrez-vous sur ce qui se passera si vous retardez une tâche ou un projet à la dernière minute. Vous pourriez avoir une urgence qui vous fait manquer le délai. Cette action impliquera directement l’atteinte à l’image de votre entreprise. Votre client peut penser que vous avez fourni un mauvais service client, ce qui pourrait également affecter votre réputation et votre capacité à obtenir un marché futur.

En réfléchissant davantage aux effets négatifs du report d’une tâche, vous serez plus motivé à les éviter . Selon Webb, les psychologues appellent cela un objectif de prévention. En effet, la plupart des gens cherchent à éviter les conséquences négatives encore plus que de recevoir des résultats positifs. Cet état d’esprit vous permet de continuer même lorsque vous souhaitez quitter ou reporter le travail à un autre jour.

Acceptez que la procrastination soit une partie naturelle de qui vous êtes. Toutefois,  sachez que vous avez également le pouvoir de recadrer  votre cerveau avec ces étapes pratiques.

LM Heroux a dit: «Arrêtez de parler. Commencez à marcher. ” J’aimerais modifier un peu ce conseil et vous dire: «Arrêtez de lire. Commencez à réussir! ” Passez à l’action après avoir lu cet article.

A très bientôt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.